Les (futur·e·s) exclu·e·s de la transition ont-elles-ils leur mot à dire?